Rabat: deux mois après leur mise en place, les vélos-taxis proches de la faillite

à 12:00

A l’occasion de la réhabilitation de l'ancienne médina de Rabat, le roi avait  inauguré un projet sur des vélos-taxis développés dans le cadre du transport touristique et écologique de la capitale.

Porté par l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), le projet des vélos-taxis de Rabat s’annonce être un fiasco, rapporte Al Massae dans sa une du mardi 26 mars courant. Selon la même source, le réseau marocain de défense des biens publics a demandé au parquet de Rabat d’ouvrir une enquête sur le contrat et l’appel d’offres concernant cet accord. D'autant plus que plusieurs entreprises mondiales proposent les mêmes vélos à des prix cinq fois moins chers (10.000 dirhams).

Au nombre de 50, ces tricycles à assistance, dont l'acquisition a nécessité un investissement global de 2,5 millions de dirhams, devaient servir également à des balades touristiques à l’intérieur de la ville de Rabat. Aujourd’hui, ils sont stationnés au niveau d’Oued Bouregreg sans susciter d'intérêt ni de la part des citoyens ni de celle des touristes. Al Massae ajoute que le réseau marocain de défense des biens publics a saisi l’Inspection générale du ministère de l’Intérieur, car le projet a eu l’approbation de la préfecture de Rabat et de l’INDH.

Ce projet avait pour ambition de promouvoir le transport propre dans la ville ainsi que la création d'une activité génératrice de revenus au profit de jeunes sans emplois. Ces derniers ont bénéficié d'une formation en communication et techniques d'accueil, gestion, entrepreneuriat et langues étrangères, assure Al Massae.