Maâti Monjib entame une nouvelle grève de la faim

à 16:30

L'historien et président de l’Association marocaine du journalisme d’investigation (AMJI) Maâti Monjib, poursuivi par la justice depuis 2015, a décidé d'entamer une nouvelle grève de la faim.

Dans un communiqué partagé sur sa page Facebook, l'historien explique avoir décidé d'entamer cette grève après avoir reçu un avertissement le sommant à reprendre son travail" à l’Institut des études africaines dans un délai maximal de sept jours" et à "signer un formulaire de reprise reconnaissant qu'il aurait été absent depuis le 11 février".

"Je refuse de signer un formulaire mensonger même si c’est mon intérêt", a-t-il écrit.

Lire aussi: Le procès de Maati Monjib reporté pour la 14e fois

Monjib a également déclaré avoir déposé toutes les preuves démontrant qu'il n'avait pas abandonné son poste à l'administration de l'institut des études africaines où il travaille.

Lire aussi: Nouveau report du procès de l'historien Maâti Monjib et de sept journalistes

"Il s agit d’un mensonge et le mensonge ne peut être combattu que par la vérité. Et la vérité a été dite par 19 de mes collègues de l institut, professeurs, cadres et employés enfants du peuple qui malgré les risques, ont signé un texte attestant que je mène régulièrement et normalement mon travail depuis toujours et depuis les deux mois couverts par ledit avertissement", explique-t-il tout en promettant de résister à ce qu'il qualifie de "moyen de domestication par la menace".

Pour rappel, Maâti Monjib avait mené une grève de la faim en 2015 pour protester contre l'interdiction qui lui était faite de quitter le territoire. Il avait en effet été empêché de se rendre à un colloque à Barcelone puis d'assister à un colloque en Norvège. Une interdiction de sortie justifiée alors par une enquête concernant de présumées irrégularités financières dans la gestion du centre Ibn Rochd.