Le Maroc 3e pays le plus démocratique de la région MENA

à 20:45

Dans son rapport annuel sur l'indice de démocratie dans le monde, l'agence britannique The Economist Intelligence Unit (EIU) classe le Maroc comme le 3e pays le plus démocratique de la région Mena.

Selon ce rapport, publié mercredi 4 janvier, le Maroc gagne une place de plus dans le classement 2018 de l’agence britannique par rapport à l'année précédente, avec une notation de 4,99 sur 10. Il arrive derrière la Tunisie (6,41) qui occupe la 2e place et Israel, classé en 1ère position avec une notation de 7,79. Ce classement est réalisé à la base d’un calcul prenant en compte soixante critères. Les pays sont répertoriés selon quatre régimes: démocratique, démocratique imparfait, hybride et autoritaire. La notation, quant à elle, se fait sur une échelle allant de 0 à 10.

Le Maroc a pour sa part été classé comme un pays hybride, soit un pays où «les élections connaissent des irrégularités qui les empêchent d’être libres et justes. Où le gouvernement exerce une pression sur les partis de l’opposition. Et où la corruption règne, la société civile est faible et les journalistes souvent harcelés…», selon le rapport. Comme exemples illustrant l'état de la démocratie au Maroc, le rapport évoque le mouvement du boycott lancé en avril dernier ainsi que le Hirak du Rif.

Lire aussi: Liberté de la presse: le Maroc poursuit sa dégringolade

«Au Maroc, le taux de participation aux dernières élections législatives de 2016 était inférieur à 50%. Mais d'autres part, on voit les élites du monde politique et des affaires être défiés par une montée du mécontentement du peuple suite à une hausse du coûts de la vie, exacerbée par une campagne réussie dans les médias sociaux appelant les Marocains à boycotter plusieurs produits de grande consommation».

Et d’ajouter: «le roi a tenté de répondre aux griefs populaires en accordant une grâce royale en août 2018 à plus de 180 personnes arrêtées lors de manifestations dans la région du Rif, en 2017. Il a également critiqué la stratégie de développement actuelle du gouvernement. Cependant, il est peu probable que les causes sous-jacentes de la crise soient réglées dans le court terme».

Lire aussi: Vidéo. Démocratie: le Maroc toujours mauvais élève

Le rapport a indiqué par ailleurs qu'en général, la région MENA constitue, chaque année, l'espace géographique où les indices de démocratie sont les plus faibles. Sur le plan mondial, le Maroc arrive d’ailleurs en 100e position. Et ce sont, comme d'habitude, les pays nordiques qui montrent l'exemple. Ainsi, la Norvège occupe la première place, suivie de l'Islande, de la Suède, de la Nouvelle Zélande et du Danemark.