Facebook: l’Iran a ouvert des centaines de faux comptes au Maroc

à 17:30
AFP PHOTO / Lionel BONAVENTURE

Mercredi dernier, le groupe Facebook a révélé avoir fermé des centaines de faux comptes se présentant comme des Marocains alors qu'ils émanent des médias officiels iraniens. 

C'est la quotidien Al Massae dans son édition du 2 février qui a révélé cette imposture dont le but est de promouvoir les intérêts de l'Iran et orienter l'opinion publique à propos de thématiques ciblées.

A ce sujet, Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité de Facebook, aurait déclaré: «Nous avons pu prouver que les contenus de ces messages proviennent d’Iran, qu’il sont rédigés par des acteurs locaux et qu’ils sont redirigés à travers les médias officiels iraniens.»

Lire aussi : La Russie lance des "procédures administratives" contre Facebook et Twitter

«Ces acteurs se présentent d’habitude comme des citoyens résidant dans les pays ciblés. Dans la plupart des cas, ils créent de faux comptes et publient des commentaires sur des sujets d’actualité», poursuit-il selon nos confrères, en précisant que "ces commentaires reprennent les informations des médias iraniens sur des sujets comme les relations israélo-palestiniennes ou les conflits en Syrie et au Yémen".

Selon Al Massae, le groupe Google a censuré plus de 783 comptes, pages et groupe en provenance d’Iran qui propageaient des campagnes de manipulation dans plus de 20 pays. «Nous travaillons, sans relâche, à traquer ce genre d’activité et à bloquer ces faux comptes. Car nous ne voulons pas que d’autres parties profitent de nos services pour manipuler l’opinion dans divers pays», explique Gleicher.

Lire aussi : Zagora: un tribunal condamne l'administrateur d'une page Facebook à une lourde amende

Pour rappel, Facebook a initié ce type d'enquêtes sur les réseaux sociaux à la suite de la découverte des campagnes d’influence russes pendant les élections américaines de 2016. Twitter a quant à lui publié un rapport sur ses efforts fournis pour évincer les manipulations qui ont touché les élections américaines de 2018. Des comptes créés en Russie, en Iran et au Venezuela avaient eux aussi été bloqués.