Enseignants contractuels: le gouvernement menace de suspendre le versement des salaires

à 16:30

Le gouvernement ferme définitivement la parenthèse au sujet du bras de fer l’opposant aux enseignants contractuels.

C’est chose faite, Saïd Amzazi, le ministre de l'Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, annonce que l’Etat ne cédera pas aux pressions des grévistes, assure Al Massae dans son édition du vendredi 08 mars. Le recrutement par contrat d'enseignants-cadres des Académies régionales d'éducation et de formation (AREF) constitue un choix stratégique irréversible, rétorque-t-il, lors d’une conférence de presse tenue mercredi à Rabat.

Toutefois, le ministère de l’Éducation nationale se dit disposé à améliorer le nouveau statut des enseignants contractuels, à chaque fois que cela s'avère nécessaire. Par ailleurs, Amzazi réaffirme son attachement au respect du droit à la grève et à toute forme de manifestation pacifique pourvu qu’elle soit justifiée et conforme aux règles. Le ministre exhorte l'ensemble des grévistes à reprendre leur fonctions et faire preuve de dévouement et de nationalisme faute de quoi les salaires ne pourront être versés et que désormais toute négociation devra obligatoirement passer par les représentations syndicales et non à travers tel ou tel coordination.

Lire aussi:Enseignants contractuels: le point de non-retour

Al Massae revient également sur la position du Parti du progrès et du socialisme (PPS), dans laquelle le parti dénonce l'usage de la force pour réprimer une manifestation pacifique et exprime, par aillleurs, son attachement à la valorisation de cette catégorie d’enseignants dans un esprit d’équité, leur garantissant les mêmes privilèges et une stabilité pérenne aussi bien morale que sociale à l’instar de leurs homologues. Dans le même sillage, Amzazi nie toute discrimination au sein du corps enseignant y compris les contractuels qui jouissent des mêmes prérogatives. Des propos qui essaient de discréditées les manifestants, toujours selon Al Massae.

Lire aussi:Enseignants contractuels: la menace d’une année blanche

Le Matin du vendredi 08 mars, revient sur ce nouveau système contractuel, selon le ministre, ce choix s’inscrit dans le cadre de l’instauration de la régionalisation avancée, à travers l’achèvement du processus de déconcentration et de décentralisation dans le secteur de l’éducation nationale et l’adaptation de la situation des AREF avec les exigences de la loi n° 69-00 relative au contrôle financier de l’État sur les entreprises publiques et autres organismes.

Et d’ajouter que le recrutement des cadres des AREF par contrat s’assigne pour objectif de renforcer les Académies régionales, en tant qu’établissements publics dotés d'une autonomie administrative et financière et maîtrisant leurs ressources humaines, tout en leur assurant, à l’instar des autres établissements publics, l’indépendance dans le déploiement des compétences nécessaires à la gestion efficace du système éducatif.

Khalid Tegmousse (Journaliste stagiaire)