Casablanca: trois fils de notables arrêtés pour avoir participé à des viols collectifs

à 19:00

Le procureur du roi près la Cour de Casablanca enquête sur une affaire liée aux viols collectifs d’une dizaine de victimes commis par plusieurs fils de grands notables de la capitale économique. Trois parmi eux sont en garde à vue.

Une dizaine de jeunes femmes ont été victimes de viols collectifs de la part de plusieurs fils de notables de Casablanca, rapporte Assabah dans son édition du jeudi 7 février 2019. D’après la même source, le parquet près la Cour d'appel de Casablanca enquête pour élucider les tenants et aboutissants de cette affaire. Trois personnes présumées membres de cette bande ont été arrêtées et sont actuellement en garde à vue. Ils seraient au nombre de dix à avoir commis ces viols.

Lire aussi : Ain Atiq: arrestation d’un fils de notable pour viol et enlèvement d'une mineure

Selon le quotidien arabophone, les membres de cette bande ont expliqué aux jeunes femmes qu’elles allaient participer à une publicité pour des produits énergétiques contre 2.000 dirhams par jour, avant de les violer. Les sources d’Assabah confirment que le procureur du roi et les juges d’instruction donnent une importance capitale à ce dossier et espèrent que d’autres victimes fassent des dépositions devant la police pour éclairer la Cour sur des détails qui échappent encore à la justice.

Parmi les accusés, le quotidien cite comme chef de la bande un proche d’un grand responsable sécuritaire à la retraite. Ce dernier, toujours selon la même source, n’aurait cessé de menacer les victimes pour qu’elles se rétractent en leur affirmant qu’il a soudoyé les juges de la Cour d’appel de Casablanca pour acquitter son proche. Selon Assabah, il aurait même expliqué à l’une des victimes qu’il serait prêt à «acheter toute la prison», si le membre de sa famille venait à être arrêté.

Lire aussi : Marrakech: début aujourd'hui du procès de l'imam violeur de sept mineures

Des dizaines de jeunes femmes ont été violées par les membres de la bande mais seulement huit ont déposé plainte auprès des services de la police. L’une des victimes a mené la police à l’arrestation du chef de cette bande et plusieurs autres membres, en coordination avec la police judiciaire de la préfecture de police de Casablanca.