L'aviation israélienne visée par l'armée syrienne

H24info
L'aviation israélienne visée par l'armée syrienne

(c)DR

Damas affirme avoir «abattu un appareil» qui venait d'effectuer une mission dans la région de Palmyre. Tsahal dément, expliquant avoir intercepté un projectile.

LES ARTICLES POPULAIRES

Les habitants de plusieurs localités situés au nord de la vallée du Jourdain ont été réveillés dans la nuit de jeudi à vendredi par le son des sirènes suivi d'au moins deux puissantes explosions. Selon le porte-parole de Tsahal, il était environ 2h30 quand le système de défense antimissile Arrow a intercepté un projectile tiré contre un avion israélien qui rentrait de mission.
 

Un communiqué diffusé à l'aube précise que l'armée de l'air israélienne venait de frapper «plusieurs cibles» sur le territoire syrien lorsque des missiles antiaériens ont été tirés dans leur direction, vraisemblablement par l'armée de Bachar el-Assad. «À aucun moment la sécurité des civils israéliens ou des appareils l'armée de l'air n'a été menacée», assure le porte-parole. L'armée syrienne affirme de son côté qu'elle «a abattu un appareil, en a touché un second et a forcé les autres à fuir».
 
Cette passe d'armes, dont les détails restent à préciser, est décrite par les médias israéliens comme l'incident le plus sérieux entre les deux pays depuis le début de la guerre au printemps 2011. L'armée syrienne indique que les appareils israéliens arrivaient de l'espace aérien libanais lorsqu'ils ont visé «une cible militaire» dans la région de Palmyre. Le porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Peter Lerner, affirme que le raid «visait des composants stratégiques destinés au Hezbollah». Selon les médias jordaniens, les décombres d'un missile antiaérien ont été retrouvés dans la région d'Irbid, près de la frontière entre le Royaume hachémite et la Syrie.

Un semblant de dissuasion

L'armée israélienne, si elle a jusqu'à présent refusé d'intervenir dans le conflit, n'en a pas moins mené plusieurs dizaines de frappes aériennes contre des dépôts ou des convois d'armes sophistiquées - notamment des missiles sol-air et sol-mer fabriqués par la Russie - afin d'empêcher leur transfert au Hezbollah. Les stratèges israéliens refusent que la milice chiite profite du chaos syrien pour se doter d'équipements qui lui permettrait de modifier le rapport de force.

 

Le gouvernement de Benyamin Nétanyahou a longtemps privilégié une certaine discrétion pour permettre à Bachar el-Assad de ne pas répliquer sans perdre la face. Il a cependant fini par reconnaître il y a quelques mois son implication dans des raids de ce type. Mais la revendication par l'armée des frappes conduites dans la nuit de jeudi à vendredi constitue une première, sans doute destinée à faire comprendre que l'irruption de l'armée russe dans le conflit syrien n'a pas dissuadé Israël de faire respecter ses lignes rouges.

 

Le régime de Bachar el-Assad, manifestement regonflé par la reconquête d'Alep et le recul militaire de l'opposition, semble de son côté vouloir rétablir un semblant de dissuasion face à l'aviation israélienne. Il a menacé vendredi matin de répondre au raid israélien «directement et par tous les moyens à [sa] disposition».

pour H24info

Vos commentaires

Envoyer à un ami

L'aviation israélienne visée par l'armée syrienne