Lutte contre le sexisme: les lycéens français appelés à venir en cours en jupe

©AFP

Ce vendredi 19 mai marque la troisième «journée de la Jupe». Filles et garçons sont invités à se rendre au lycée vêtus d’une jupe pour dire «non» au sexisme.

Pour la première fois organisée au niveau national, la journée de la Jupe a été initiée en 2014. Elle faisait alors suite à une action spontanée de lycéennes d’Ille-et-Vilaine qui ne supportaient plus les remarques désobligeantes suscitées par ce vêtement féminin. L’idée a ensuite été reprise par le mouvement pour l’émancipation des femmes «Ni Putes Ni Soumises».

Pour l’édition 2017, quatre organisations nationales lycéennes (SGL, UNL, UNL-SD et FIDL) se sont mobilisées pour dénoncer le sexisme et les inégalités entre les sexes, notamment les inégalités de salaire. Sur journéedelajupe.fr, les associations lycéennes encouragent les établissements à «organiser des conférences, des débats, des projections de films sur le thème du sexisme». Les élèves sont d’ailleurs sollicités pour lancer l’initiative dans leurs lycées en discutant avec l’administration et le CPE. Des stickers et affiches sont également mis à disposition, permettant à chacun de montrer son soutien au mouvement.

«De nos jours, de grandes inégalités entre les salaires des hommes et des femmes demeurent. En effet, en 2012, les hommes touchaient 23% de plus que les femmes d’après les chiffres de l’Insee. De plus, il y a uniquement 9% de PDG dans le monde qui sont des femmes...» rappellent les organisations lycéennes sur le site de la journée de la Jupe. D’après une étude menée par l’Insee en 2010, les femmes consacrent en moyenne 3h26 par jour aux travaux domestiques quand les hommes n’y passent que 2 heures.

Des précédents aux résultats mitigés

Par le passé, la journée de la Jupe a provoqué des incidents dans les lycées et en dehors. En 2013, des collégiennes en jupe avaient été renvoyées chez elles à cause de moqueries. Plus tard dans l’Ain, quelques adolescentes âgées de 13 à 15 ans avaient dû se changer à cause d’agressions verbales. Enfin en 2014, à Nantes, des incidents s’étaient produits entre lycéens et militants de la Manif pour tous.

Au Royaume-Uni, les garçons pourraient porter une jupe

Alors que le 19 mai, certains élèves des lycées français porteront des jupes pour lutter contre les injustices entre hommes et femmes, un établissement britannique envisage d’autoriser le port de l’uniforme avec une jupe aux transgenres. La Highgate School, au nord de Londres, souhaite mettre fin à l’uniforme «féminin» et «masculin» en laissant les élèves libres de porter une jupe ou un pantalon. Une mesure qui a déjà été prise dans plus de quatre-vingts établissements britanniques.