Rabat: les fissures sur le pont Hassan II inquiètent de plus en plus

H24info
Rabat: les fissures sur le pont Hassan II inquiètent de plus en plus

Causés par les travaux d’un projet à proximité, des dégâts sur le pont Hassan II reliant les villes de Rabat et Salé sont de plus en plus apparents.

LES ARTICLES POPULAIRES

Les conducteurs les avaient remarquées pour la première fois en novembre dernier. Mais en dépit des tentatives de rapiéçage de la façade endommagée du côté qui donne sur la ville de Salé, les fissures sont de plus en plus apparentes sur le pont Hassan II.
 

Dans son édition de ce mercredi 15 janvier, Al Massae cite le directeur général de l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg (AAVB), Essakl Lemghari, qui avait affirmé auparavant que la fissure n'avait aucun impact sur les fondations de l'ouvrage. Causée par les travaux de terrassement d'un projet à proximité du pont, cette fissure était "minime" et ne dépassait pas quelques millimètres.
 
Sauf que ces millimètres se sont élargis au bout de quelques semaines. Les autorités de la préfecture de Salé, l’AAVB, la société chargée du projet «Green Tech Valley», des experts du Laboratoire national de recherches et d’études et des bureaux d’étude s’étaient réunis suite aux premières apparitions des fissures en novembre dernier et avaient lancé une opération de réparation. Les usagers du pont restent inquiets face aux glissements constatés et qui transforment certaines parties du pont en dos d’ânes.
 

Le quotidien soulève quelques interrogations, notamment, sur la gestion des dégâts qui coûterait cher, sachant que l’AAVB a écarté toute responsabilité à ce sujet.


Selon une source bien informée citée par Al Massae, l’endroit des travaux de creusement étaient à la base le point de rencontre entre l’eau de mer et celle de la vallée de Bouregreg. Chose qui a compliqué la tâche pour la construction des sous-sols du projet à proximité du pont. Ainsi le processus de forage est devenu très sensible en raison de l'écoulement continu de l'eau et l'extrême proximité du pont. Celui-ci avait nécessité l'équivalent de 40.000 mètres cubes de fondations en béton, et 20.000 mètres cubes de béton blanc et 400 tonnes de la résistance du béton à la pression.

Vos commentaires

Envoyer à un ami

Rabat: les fissures sur le pont Hassan II inquiètent de plus en plus