Père de Kirikou, Michel Ocelot dévoile son prochain film au Maroc (photo)

H24info
Père de Kirikou, Michel Ocelot dévoile son prochain film au Maroc (photo)

Michel Ocelot

Au FICAM 2017, le réalisateur français Michel Ocelot a dévoilé les premières images et présenté l’état d’avancement de son prochain film "Dilili à Paris"… en exclusivité mondiale.

LES ARTICLES POPULAIRES

De notre envoyé spécial à Meknès, Mohamed Koné
La 16e édition du Festival international du cinéma d’animation de Meknès (FICAM) a démarré ce vendredi 17 mars à l’Institut français de la ville éponyme. Comme il est désormais de tradition, le festival accueille une fois de plus les plus grands maîtres du cinéma d’animation. Parmi eux figure Michel Ocelot, qui est l'invité d'honneur de cette édition. L’homme n’est autre que le «père» de Kirikou, ce petit bout d’homme qui nous a fait «trembler d’effroi» et «trembler de joie» tout au long de ses aventures. Michel Ocelot, c’est aussi les non moins connus «Azur et Asmar» et «Princes et Princesses», ou encore le récent «Ivan Tsarevitch et la Princesse changeante», sorti en 2016. Toujours aussi passionné, le réalisateur français travaille déjà sur son prochain long-métrage, «Dilili à Paris», dont il a dévoilé les premières images et présenté l’état d’avancement ce vendredi au FICAM… en exclusivité mondiale.

Que sait-on de «Dilili à Paris»?
Mélange de 2D et de 3D, «Dili à Paris» raconte les aventures d’une petite fille métisse franco-kazakhe dans le Paris de la Belle époque (entre la fin du 19e siècle et le début de la Première Guerre mondiale). Dans ce long-métrage, Ocelot fait se côtoyer des personnages qui ont vraiment existé. On retrouve par exemple les peintres Pablo Picasso et Henri Matisse, la révolutionnaire Louise Michelle, la physicienne Marie-Curie, ou encore l’actrice Sarah Bernhardt. Dans des décors réalisés à partir de photos prises par Ocelot lui-même de lieux célèbres de la capitale française, Dilili combat des êtres appelés les «mal-maîtres». C’est en substance ce que nous savons du prochain film de Michel Ocelot, qu'il a néanmoins résumé à H24Info de la façon suivante: «Dilili, c’est une gosse des rues de Nouméa qui se retrouve à Paris, et qui va explorer la jungle de cette ville».

Ce vendredi, nous avons surtout eu le plaisir de découvrir certains personnages de «Dilili à Paris». Nous avons été particulièrement intrigués par la légère ressemblance entre l’héroïne qui prête son nom au futur long-métrage et la princesse Chamsous-Sabah. Le réalisateur nous a délivré du doute en avouant s’être inspiré de ce dernier personnage, découvert dans son autre film «Azur et Asmar», pour créer Dilili. Et d'expliquer ce choix: «on m’a plusieurs fois demandé de consacrer un long-métrage entier au personnage de la princesse Chamsous-Sabah». Voilà qui est donc fait… à moitié (?). Une élève présente lors la rencontre de vendredi a également questionné le réalisateur sur la raison de son choix d’accorder une grande place à l’enfance dans ses œuvres. Sa réponse a été aussi belle que simple: «l’enfance, c’est beau, et tous les rêves sont encore permis». Quant à la date de sortie de «Dilili à Paris», Michel Ocelot a déclaré qu'elle se fera en France en octobre 2018.

Vos commentaires

Envoyer à un ami

Père de Kirikou, Michel Ocelot dévoile son prochain film au Maroc (photo)