Rémunération: "Laissons les patrons tranquilles, surtout s'ils sont bons"

H24info
Rémunération: "Laissons les patrons tranquilles, surtout s'ils sont bons"

Carlos Ghosn, le PDG de Renault, a acquis des actions de sa société, qui pourraient lui rapporter une plus-value de plus de 6 millions d'euros. Un montant qui divise les internautes.

«Laissons les patrons tranquilles surtout s'ils sont bons!» L'internaute Bachir réagit aux nouvelles annonces sur la rémunération de Carlos Ghosn. Le PDG de Renault et de Nissan pourrait empocher plus de 6 millions d'euros de plus-value en exerçant ses options d'achat (stock-options) attribuées au titre de sa rémunération variable. Une somme qui partage les internautes.

 «Il s'agit là d'une plus-value et non d'une rémunération (Renault n'a pas payé ces 6 millions d'euros mais beaucoup moins!), comme les salariés qui ont placé leur participation ou leur intéressement dans des actions Renault à la même époque», rappelle Johnny Cadillac. Serge001001 enchaîne: «Ces stock-options sont un élément d'incitation à la performance, il n'y a rien d'injuste ni de sale là-dedans.» Castilla Bordera explique que «la plus-value réalisée ne sort pas des caisses de Renault ou de l'État, mais des acheteurs du titre sur les marchés. Au final, tout cela ne coûte pas un euro à l'entreprise et rapporte beaucoup à l'État, avec les impôts et les taxes.»
«Il faut une régulation»
Certains internautes toutefois s'émeuvent d'un tel montant. «C'est quand même beaucoup pour un dirigeant qui n'est pas propriétaire des boîtes qu'il dirige et qui ne prend donc aucun risque», développe Vincent Netter, rejoint par Tim2: «De telles sommes ne doivent récompenser que la prise de risque totale de l'entrepreneur ou un talent unique. Carlos Ghosn n'a jamais pris de risque personnel et le caractère unique de son talent reste à démontrer.» Pour sinbad21, cette rémunération «indécente et absurde» démontre «qu'il faut une régulation».
Pour éviter les débats sur les revenus des dirigeants du CAC40, Toto-le-héros propose que les stock-options soient liées à deux critères: «Les résultats de l'entreprise et la gestion sociale de celle-ci». «C'est peut-être difficile à mettre en œuvre, mais c'est la seule façon d'avoir la paix sociale et d'éviter le sentiment d'injustice.»

Par : Mathilde Cousin pour H24info

Vos commentaires

Envoyer à un ami

Rémunération: "Laissons les patrons tranquilles, surtout s'ils sont bons"