Technopark: 15 ans, et déjà 900 entreprises accompagnées

H24info
Technopark: 15 ans, et déjà 900 entreprises accompagnées

©DR

Le TechnoFtour 2016 a été l’occasion de célébrer les 15 années d’existence du Technopark et de revenir sur autant d’années à mener sa mission en matière d’accompagnement des entreprises.

LES ARTICLES POPULAIRES

Les locaux du Technopark de Casablanca ont accueilli le 15 juin la 8e édition du TechnoFtour. Ce rendez-vous, qui réunit chaque année de nombreux chefs d’entreprises des Technopark de Rabat, Tanger et Casablanca, a notamment vu la présence du ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique Moulay Hafid El Alamy. Le TechnoFtour 2016 a surtout été l’occasion de célébrer les 15 années d’existence du Technopark et de revenir sur autant d’années à mener sa mission en matière d’accompagnement des entreprises. Le premier Technopark a ouvert ses portes à Casablanca en 2001, suivi du Technopark de Rabat en 2012 et de celui de Tanger en 2015.
 
En 15 années d’existence, le Technopark a accompagné plus de 900 entreprises (exclusivement de droit marocain), dont 800 sur Casablanca, plus de 80 à Rabat et plus de 20 à Tanger. Les trois Technoparks emploient 2.000 salariés, et génèrent un chiffre d’affaires cumulé annuel de 800 millions de dirhams. Les Technoparks sont gérés par la société Moroccan information Technopark company (MITC), qui a ses bureaux dans le Technopark de Casablanca.

En marge du TechnoFtour 2016, le DG de MITC Omar Balafrej nous a confié, que la compagnie a la capacité d’ouvrir un Technopark par an. "Aujourd’hui, il y a une forte demande de la part des maires, présidents de région, collectivités locales, etc. Nous leur demandons de trouver un bâtiment public inutilisé en centre-ville, que nous récupérerons et transformerons en Technopark", a-t-il expliqué.
 
Pour bénéficier de locaux dans un Technopark, il faut être dans l’un des trois secteurs éligibles: les NTIC, le Greentech et le développement durable, et l’industrie culturelle (entreprises ou associations). "Pour être sûr de rentrer rapidement dans un Technopark, a ajouté le DG, l’entreprise peut se faire recommander par une des structures de l’écosystème (CJD, Réseau entreprendre Maroc, Startup Marco, Enactus, Afem, etc.) qui proposent de l’accompagnement et du coaching".

Les Technopark sont financés dans le monde entier par le public, mais au Maroc cela se fait dans le cadre d’un partenariat public-privé. Nous avons donc interrogé Balafrej sur l’apport d’un Technopark pour la ville d’implantation. "Le Technopark génère des emplois, de l’entreprenariat, et aussi des taxes; c’est un bonheur pour la ville", nous a-t-il répondu. Et d’ajouter que MITC est aujourd’hui est contacté par d’autres pays, dont le Cameroun, la Côte d’ivoire et Sénégal pour y dupliquer son modèle d’incubateurs de startups. Omar Balafrej a conclu en évoquant la stratégie d’expansion des Technopark au Maroc. "Marrakech serait une bonne piste, car la ville bénéficie d’une bonne présence de startups".

Vos commentaires

Envoyer à un ami

Technopark: 15 ans, et déjà 900 entreprises accompagnées