Discours royal de Dakar: une portée universelle

H24info
  • Abdennabi Aboulaarab
  • Acteur politique, professeur universitaire, docteur en sciences de gestion de l'université de Nice

La fête du 41ème anniversaire de la marche verte restera dans l’histoire nationale et africaine, voire universelle, comme une date unique.

LES ARTICLES POPULAIRES

Il s’agit de la première fois de toute l’histoire moderne, qu’un Roi marocain adresse un discours à la nation de l’extérieur du pays. Et pour le cas, le comble de l’exceptionnel atteint son compte, car il ne s’agit pas de n’importe quel discours, mais bien de celui de la marche verte. Quel sens accorder à un tel acte de gouvernance souveraine extraterritoriale ? Et quelles portée et symbolique politiques, stratégiques et universelles ce discours peut il engager par son extraterritorialité exceptionnelle ?

Car on est bien face à un fait exceptionnel dans l’histoire universelle qu’un chef d’Etat s’adresse à son peuple pour une fête nationale à partir d’un territoire étranger. C’est seulement sous l’ère coloniale qu’on pouvait voir un tel manifeste. A ce titre l’appel de Londres du 18 juin 1940 du Général De Gaulle est édifiant, cat il nous dresse un portrait inverse du discours de Dakar de Mohamed VI.  Occupé par le belliqueux voisin allemand, la France n’avait qu’à organiser sa résistance de l’extérieur tant le pouvoir en place est tombé dans la collaboration, et que l’Etat français s’est transformé en un appareil oppressif au service du régime nazi. De Gaulle n’avait pas le choix en compagnie de tout ceux qui portaient la résistance : soit la clandestinité soit l’exil.

C’est ce contexte historique qui explique l’appel du Général De Gaulle, où la France était occupée et la résistance traquée et pourchassée.

Pour notre cas, la situation est toute différente, ce Discours royal de Dakar est bien l’expression d’un Maroc en épanouissement et triomphateur avec ses pays amis. Que le Roi fête depuis le Sénégal la mémoire de la grande marche verte, acte fondateur du Maroc après-colonial, signifie que le peuple sénégalais, et aussi toute l’Afrique amie, fête cette marche avec nous. Un tel acte qui a émancipé le Maroc en devient ainsi un patrimoine africain commun, symbolisant la lutte de tous les africains pour leur liberté et émancipation.

Mais il faut rappeler qu’un tel acte célèbre d’abord le destin de deux pays, scellé par l’histoire et pour l’avenir. Il est évident qu’un tel acte de gouvernance et de souveraineté – celui de lancer un discours politique à la nation au titre d’une fête nationale - traduit une certaine légitimité politique, et surtout spirituelle par delà les frontières géographiques.

Accueillir au Sénégal avec légitimité le discours du Roi à sa nation, c’est accepter qu’il s’adresse non seulement au peuple marocain, mais aussi au peuple sénégalais, et plus globalement au peuple Afrique, comme le dit le Président sénégalais, en soulignant « le choix de Sa Majesté de parler à l'Afrique et aux Africains ».

Cet évènement d’une force symbolique exceptionnelle, montre l’ambition du Roi pour l’Afrique et pour le monde. Le Président sénégalais l’a prononcé lui-même, en parlant de l’ambition pour le continent du Souverain, ce « roi africain, qui a une vision de l'Afrique, de ce que doit être l'Afrique de demain ».

Toutefois, cette portée continentale en devient universelle, parce qu’il donne l’exemple d’une nouvelle légitimité, supranationale, capable de créer un nouveau modèle de coopération internationale, dont la profondeur transcende l’institutionnel, et puise dans le commun des cultures, des symboles, des religions, de l’histoire … pour créer de la paix et de la coopération.

L’exemple de l’amitié Maroc – Sénégal traduit en réalité l’aura exceptionnel dont jouissent aujourd’hui le Maroc et le Roi Mohamed VI en Afrique. Elle nous permet de revendiquer une vérité géopolitique incontestable aujourd’hui : la force et la profondeur de nos liens et de nos relations extérieures sont encore à puiser avec nos bases arrières africaines.

Vos commentaires

Envoyer à un ami

Discours royal de Dakar: une portée universelle